Menu
Fiction : “Voyage au CRI” d’Aurélien Peilloux

Fiction : “Voyage au CRI” d’Aurélien Peilloux

By In Hot News, News On January 20, 2018


Synopsis :

2082. Comme tous les ans, les dix universités mondiales participent à un concours : chaque université choisit un étudiant et l’envoie pendant trois jours dans le passé pour étudier un sujet de son choix. Ludi décide d’aller au Centre de Recherches Interdisciplinaires pour rencontrer le chercheur François Taddei qu’il admire beaucoup. Mais rien ne se passe comme prévu…

A propos du film :

Aurélien Peilloux, réalisateur du film, est un familier du CRI, où il a fait une thèse dans le domaine de la recherche-création (invitant à faire se rencontrer approches artistique et scientifiques au sein de l’université). Intitulée « Quête d’un cinéaste autour de la relation dialogique ‘art-science’ : de l’idée-sentiment dans le processus de création à une approche esthétique de la connaissance », cette recherche s’est déroulée à la fois au CRI et au sein du département réalisation de la Fémis, l’école de cinéma. Autrement dit, Aurélien Peilloux s’intéresse particulièrement au processus créatif et à l’hybridité entre l’art et la science. Auparavant, Aurélien Peilloux a réalisé plusieurs courts-métrages à la Fémis qui s’inscrivaient en même temps dans le cadre de cette thèse (par exemple, Les Chercheurs, sélectionné au Festival de Cannes 2015, cinéfondation).

Le film a été commandé par le CRI. François Taddei, qui suivait la thèse d’Aurélien Peilloux de près, lui a proposé de faire un film sur le CRI en lui laissant carte blanche : « J’ai réfléchi un peu et je leur ai proposé le concept du film, à savoir un étudiant venant du futur pour étudier le CRI ». Voilà comment le projet est né.

« M’inspirant de la recherche-création, ma démarche a été la suivante : comment faire un film qui ne se contente pas d’expliquer le CRI, par exemple avec des interviews, mais qui fasse ressentir au spectateur l’expérience de ce que c’est d’être au CRI ?
J’ai demandé à François Taddei ce que le CRI était pour lui et à l’époque, il m’a dit que c’était avant tout un lieu de transition. Or, dans ma vie, les moments de transition les plus émouvants que j’ai connus sont ceux liés à ma vie amoureuse. J’ai donc décidé de présenter et de parler du CRI sous l’angle d’une rencontre amoureuse, éphémère, qui fait se transformer le personnage. Quelque part, la trame “sentimentale” du film devait résonner avec la trame “explicative” (ce qu’est le CRI). »